Skip Navigation Links


Contributions in text, pictures or other information are appreciated.
The representation of this brand and period of endurance racing on internet is very poor. Lets keep the memory alive. Please mail .

Japauto Honda endurance

Japauto endurance racing Japauto endurance racing Japauto endurance racing Japauto endurance racing

Introductie

Japauto is de merknaam van de Franse (Parijse) Honda-importeur en -dealer Christian de Vilaseca.
Vanaf 1969 werden motoren o.b.v. de Honda CB750 ingezet in endurance-races (mogelijk pas sinds 1970 onder de vlag van Japauto.)
Japauto is i.i.g. actief geweest in de enduranse t/m 1989.

Opvallende kenmerken, in de begintijd, waren vooral de kuipen met een (bedoeld) spoiler-effect i.c.m. 2 los gemonteerde Cibié schijnwerpers.

Historie

Japauto boekte overwinningen in de Bol D'or in 1969, 1972 en 1973.
Naast de race-activiteiten werden er voor de CB750 (en CB500) als spin-off onderdelen aangeboden, zoals big-bore kits, tanks, seats, zijdekels, duplex-kettingen en frame-kits van Dresda.
Gebruiker van deze onderdelen voor zijn racers en specials was o.a. Fritz Egli.
Complete aangepaste (straat-)modellen werden onder de naam Japauto aangeboden als 950SS, 950SS II en '1000 Quatre VX'.

Quatre 1000 VX

Gallery


Time-line

Click for more info and pictures of the requested year(s).

1969

  • The Bol d’Or was held on the circuit of Autodrome de Linas-Montlhéry (Parijs, F).

  • Winners are Michel Rougerie - Daniel Urdich.
  • Japauto entered a factory CB750.
  • At the latest moment de organisation decided the Bol was a national race. So Japauto had to replace the Britsch pilots with two French drivers: Daniel Urdich and Michel Rougerie. At that moment Michel Rougerie was a junior-mechanic at Japauto.
  • The bike: a CB750 Honda (n°61) was at that moment not yet commercially available in France
  • Specs: 72hp, 180kgs, standard carburators with open horns, 4 megaphone excausts, close ratio gears (long first), second front-disc.

1970

  • 1-ère apparition d'une Japauto à l'occasion du Bol d'or (n°37). Dur test pendant 24h pour ce moteur réalésé au maximum qui prouva sa fiabilité: la moto fut classée 20-ème malgré une chute (problème de BV).
  • Drivers were Daniel Rouge et Robert Assante.
  • Specs: CB750 based, with a bore of 70 mm the replacement was 969,8cc. Read Titan tank of 25 liters and a 3-pierce Churchgate fairing. Nick-name of the bike was "1-ère monstre du Bol".

1971

  • Transformation de la 1-ère CB750 en Japauto 950SS à Levallois. Christian Vilaseca, patron de Japauto, et Robert Assante, son collaborateur ont décidé de commercialiser une moto presque française prenant comme base une Honda CB750. La principale modification apportée était le réalésage à 70 mm des cylindres pour obtenir une cylindrée de 969,8 cc.
  • Bol d’Or sur le circuit du Mans:
    n°77: Thierry Tchernine - Christian Bourgeois
    n°85: Robert Assante - Roger Ruiz
    La 1ère abandonna sur casse de BV et la seconde se classa 12ème.
  • Specs: même base que '70 mais un habillage beaucoup plus fin.

1972

  • Japauto introduced their own chassis, called "La Panthère", but later that project was abandoned in favor of a Dave Degens' Dresda chassis which were raced successfully in endurance races.
  • Robert Assante essayant la Japauto 950SS.
  • Encore une de plus, 3 Japauto engagées au Bol. 3 comme les couleurs du drapeau français: une bleue, la n°50; Tchernine - Bourgeois,
    une blanche, la n°64; Assante - Bettiol
    une rouge, la n°51; Ruiz - Debrock.
  • La n°50 et n°51 avaient une BV Quaife et une distri racing et la n°64 avait une BV Honda racing et une distri d’origine. Les 3 motos avaient des échappements 4 en 1.
    La selle et le réservoir resteront dans l’histoire de Japauto car ils seront adaptés par la suite sur les cadres de série.
    La rouge n°51 arriva 1ére et la n°64 était classée 9ème.
    A partir de maintenant, une Japauto, ce sera rouge!
    Tchernine et Bourgeois n’avaient toujours pas de chance: abandon sur casse de vilebrequin.
  • Specs: Réservoir Japauto polyester 2 bouchons 23 litres, 170kgs, 969,8cc et des carbus d’origine, des étriers de CB500 four étaient montés pour changer les plaquettes plus rapidement.

1973

  • Nouveau bloc cylindre JPX (plus gros), même cylindrée, pistons différents. Appellation intermédiaire: 950SS II
  • Most probably due to problems with oil leakage Japauto decided to design a completely new cylinder block: the VX1000.
  • Nouveaux carters allumage/alternateur.
  • Fairing type "Bol '73" with 2 Cibié lights.
  • Elle était donc rouge avec un numéro prédestiné car elle passa la ligne d’arrivée la 1-ère avec à son guidon Thierry Tchernine et Gérard Debrock.
    Il y avait une seconde machine engagée avec Ruiz et Garnier, la n°2.
    Pour les motos , retour au cadre d’origine (modifié), selle '72 mais nouveau réservoir de type Daytona avec remplissage rapide.
    Le carénage très protecteur était aussi adapté pour les motos de route (950ss et 1000vx).
    Le moteur avait encore un peu plus de pièces «racing» mais les carbus étaient toujours d’origine.
    La n°2 abandonna sur chute. A noter que la Japauto du team JPX est arrivée 14ème avec Poulet - Soulas.
  • 1000 kms du Mans: 2 Japauto sur le podium: 2ème Ruiz - Garnier, 3ème Tchernine - Debrock.

1974

  • Japauto engage toujours 2 machines avec des moteurs idem à l’année dernière mais la partie cycle: les moteurs sont montés dans des cadres PEM (Edouard Morena) avec des roues de 19, JPX pour l’AV et rayons pour l’AR . Modif du carénage: plus affiné sur l’AV et fermé au niveau du guidon.
    La n°1 pilotée par Tchernine - Boinet abandonna et la n°2 de Ruiz - Huguet arriva 5ème.
    A noter que la Japauto JPX de Poulet - de Lahonde était classée 11ème.
    Aux 24h de Montjuich, la 1ère Japauto arrive 2ème avec Ruiz - Huguet et la 2ème arrive 3ème (avec Brown - Gurner).
  • Exportation en Espagne: Les modifications apportées plus la main d'œuvre représentant plus de 60% du prix de la machine autorisaient son importation en Espagne comme moto française (l'Espagne étant fermée à l'époque aux motos japonaises).

1975

  • Une Japauto 1000VX type Bol d'or en '75 est vendue 31.700 Frs, passage aux mines compris (carte grise 9CV type CB750 modifiée Japauto).
  • Pour Japauto, l’objectif est de remporter le championnat d’Europe d’endurance se déroulant sur 5 épreuves:
    24h de Barcelone
    1000kms de Mugello
    24h de Francorchamps
    Bol d’or
    500 miles de Thruxton
  • La Japauto de Ruiz et Huguet a été la plus régulière en endurance et a terminé 4 fois mais comme seuls les 3 meilleurs résultats comptent, elle cède d’1 point le titre de championne d’Europe. C’est un coup dur pour les 2 pilotes détrônés lors de la proclamation des résultats définitifs, 15 jours après la dernière course.
  • Les résultats:
    24h de Spa: victoire avec Ruiz et Huguet (n°54). Bourgeois et Mandracci (n°22) arrivent 6ème
    Bol d’or: Sailler et Gaillard se classent 14ème
    Aux 24h de Montjuich: Ruiz et Huguet montent sur la 3ème marche du podium (n°14)
    1000kms de Mugello: 7ème et 8ème avec Ruiz - Huguet
    500 miles of Thruxton: Green - Degens puis 5ème et 7ème avec les mêmes équipages.
  • Specs: Cadre PEM avec amortisseurs inclinés, des roues JPX, une fourche Guzzi modifiée, 1 frein à disque à l’AR, le réservoir d’huile dans la selle, encore plus de pièces racing dans le moteur qui atteint maintenant 100ch, aidé aussi par une rampe de carbu CR 31.

1976

  • 2 Japauto sont engagées au Bol d’or avec 2 motorisations différentes. Si la 1-ère a toujours un moteur «maison», la seconde (n°9) pilotée par les anglais Green - Croxford hérite d’un moteur Honda usine de 941cc (RCB) identique à ceux des machines officielles ainsi qu’un mono amortisseur monté du coté droit du bras AR renforcé par une boucle inférieure.
    Toutes les deux ont des cadres PEM et des roues Campagnolo. La 1ère (n°10) pilotée par Degens – Sailler a dû abandonner et la 2ème sera classée 9ème.
    A noter qu’une 3ème Japauto (n°25) pilotée par Gaillard et Lascaud arrivera 11ème.
  • Certains propriétaires pouvaient évidemment monter le kit 1000VX sur ces machines et les passer aux mines afin d'être en conformité.
    Leur carte grise était donc modifiée et le nouveau type devenait donc "CB750 Mod" et la puissance passait à 9 cv.
    Le modèle F2 imposait quelques modifications car le bloc JPX n'était pas compatible avec la nouvelle culasse.
    En effet, l'huile redescend par 4 conduits (passage des goujons) au lieu de 8, donc le bloc JPX se retrouve avec 4 passages à l'air libre provocant d'inévitables fuites à haut régime.

1977

  • L’équipage Gary Green et Christian Maingret arrive:
    1er aux 1000 kms de Misano,
    3ème aux 8h de Nurburgring,
    4ème à Montjuich,
    6ème à Thruxton et ils sont classés
    13ème au Bol d’or avec la Japauto RCB 997 n°16.
    La moto est toujours équipée du même moteur usine double arbre 110ch mais plus légère de 10kgs, gagnés essentiellement sur la partie cycle.
    (à noter l’abandon de Fontan et Bertin sur la Japauto 969 n°17).

1978

  • Les Japauto étaient construites sur base de CB750 K6. Les derniers modèles F1 et F2 (même base moteur mais avec échappement 4/1 d'origine et frein à disque arrière) n'ont pas eu, l'autorisation de Honda France pour la transformation (CG Honda modifiée Japauto).
  • Le Bol d’Or (CastelLet)
  • Une année à retenir concernant l’endurance: création des 1ère 24h du Mans et déménagement du Bol d’or au Castellet. Le 1er Bol d’argent (endurance de 6h) est aussi accueilli avec succès.
    24h du Mans: G. Green - M. Fontan arrivent 6ème et Laurens – Monnin 8ème en catégorie silhouette (CB750 F2).
    Bol d’or: Gary Green - Michel Rougerie arrivent 6ème (n°9) et Villa - Fontan, 7ème (n°10).

    Specs: Honda usine 78 (125hp) donc l’alternateur en bout de vilebrequin et l’embrayage à sec.
    Les cadres PEM sont nouveaux (partie démontable pour déposer le moteur, les 4 tubes du collecteur passent entre les 2 berceaux), équipés de fourches Cériani.
    Le réservoir d’huile est repassé sous la selle. Pioneer devient partenaire comme on peut le constater sur la déco de la moto, même sur la CB750 F2 du tour de France, équipée d’un moteur 1000VX avec ACT et distri racing .

1979

  • 24h du Mans: M. Fontan - G. Bertin arrivent 2ème (n°7)
    J. Luc - A. Leclaire 5ème (n°8) avec 2 Japauto RCB 997.
    Bol d’or: Fontan - Luc sont classés 3ème avec une RCB usine (préparée par Japauto)
    Van Dulmen - Korhonen arrivent 5ème (n°9, moteur RCB).
    A noter qu’une autre Japauto à moteur RCB 78 était engagée par le team Australien Formula G.

1980

  • 24h du Mans: Luc - Leliard abandonnent sur casse de BV et même chose pour Bataille - Tournadre sur chute.
    Bol d’or: Leliard – Tournadre et Bertin - Villa, n°9 et n°10
    Specs: 1062cc, 135hp, 9000rpm (embrayage à sec sur la n°10), le cadre est un PEM, avec une nouvelle fourche Marzocchi magnésium à démontage de roue rapide, conçue par Japauto et roues Campagnolo spéciales pour pneus tubeless.

1981

  • 24h du Mans: 2 machines engagées, une Japauto Paris et une Japauto Marseille. J.L. Tournadre et E. Courly manquent de peu le podium (4ème).
    Pour le Bol d’or, nombreuses modifications sur les motos: nouvelle partie-cycle (modif de la chasse, bras AR allongé, nouvelle fourche Marzo, nouveaux amortisseurs Marzo avec bonbonne séparée, roues Campagnolo et habillage redessiné (la pub Pioneer n’apparaît plus).
    Le moteur est un RSC 1062cc (kit C).
    J. Bolle - G. Bertin étaient (n°10) et P. Bolle - F. Duval était sur la 2ème Japauto (les deux ont abandonné).

1982

  • Cette année, chaque moto peut avoir 3 pilotes au Bol d’or.
    Bol d’or: F. Gross - F. Duval et A. De Puniet étaient sur la n°10 et sont montés sur la 3ème marche du podium.
    J. Luc - P. Roblès et J.L. Battistini sont arrivés 12ème.
    Specs: RS 1000, 999cc RSC, fourche Marzo, PEM frame.
    24h du Mans: 2 Japauto étaient engagées (sur base 1100R avec moteur 900BO préparé, 997cc) P. Bolle - F. Duval arrivent 2ème (n°11), A. Etienne - J.L. Battistini (n°10).

1983

  • Bol d’or: 3ème et 4ème avec J. Luc - J.L. Battistini et W. Barchi (n°10) et
    P. Chatelet - P. Robinet et A. De Puniet (n°11)

    Specs: RS1000 de 1062cc, cadre PEM, 215kgs, Fourche Marzo-carénage, 1100R-roues Dymag (n°10) et Campagnolo (n°11).

1984

  • RS750 V4
  • Une seule moto engagée cette année, la n°3 avec Battistini - De Puniet et Luc, ils se classent 4ème.

    Specs: moteur RS750 V4, 749cc, 120hp, 184kgs, cadre RS860 de '83.

1985

  • Une seule moto engagée cette année, une Honda usine à moteur V4 de 1984, moto n°8 arrivée 2ème, pilotée par Guy Bertin - Christian Leliard et Jacques Luc.

    Specs: Honda 750 VFR-125ch - moteur usine VFR 748cc -175kgs - partie cycle usine '84.

1986

  • 50ème Bol d’or; Japauto continue à récupérer les Honda usine de l’année précédente, elles sont quand même préparées par leurs soins.
    La n°5 pilotée par Guy Bertin-Christian Berthod et Roger Sibille arrive 4ème, il s’agit d’une Honda VF750R-748cc-130ch-168kgs.
    Aux 24h du Mans, les mêmes pilotes ont abandonné après 2 heures de course sur la Honda-Japauto RVF n°9 suite à une casse (embrayage et piston cassé).

1987

  • La Honda RVF750R n°1 est engagée par Japauto pilotée par Gerard Coudray - Alex Vieira et Richard Hubin mais elle abandonne sur problème d’allumage.
    Specs: 140hp, 157kgs.

1988

  • Cette année, la particularité du Bol d’or est qu’il sera interrompu par la pluie après seulement 14h30 de course.
    Il s’agissait toujours d’une Honda RVF750R, la n°4 pilotée par R. Burnett - J.M. Mattioli et J.L. Guignabodet classée 3ème au terme de la course.

1989

  • Dernière année d’endurance
    Il s’agit de l’une des deux Honda officielles:
    RVF750R mais encore plus puissante et plus légère: 142ch pour 150kgs. kilos gagnés en partie grâce à des pièces moteur allégées, une fourche carbone, un échappement titane et carbone.
    Son régime de croisière était «limité» à 13.500rpm.
    Avec le n°4, F. Merkel - M. Duhamel et S. Mertens arrivaient 2ème juste derrière l’autre Honda officielle.

Personalia

  • Christian Vilaseca; general manager
  • Robert Assante; commercieel directeur
  • Michel Rougerie; driver (1969 - Bol d’Or, 1e)
  • Daniel Urdich; driver (1969 - Bol d’Or, 1e)
  • Huguet; driver
  • Bourgeois; driver
  • Mandracci; driver
  • Sailler; driver
  • Gaillard; driver
  • Poulet; driver
  • Soulas; driver
  • Ruiz; driver
  • Garnier; driver
  • Thierry Tchernine; driver
  • Debrock; driver
  • M. Fontan; driver
  • Laurens; driver
  • Monnin; driver
  • Boet van Dulmen; driver (Den Boet, NL)
  • Korhonen; driver
  • Guy Bertin; driver
  • Christian Leliard; driver
  • Jacques Luc; driver
  • J.L. Battistini; driver
  • W. Barchi; driver
  • P. Chatelet; driver
  • P. Robinet; driver
  • A. De Puniet; driver
  • Gerard Coudray; driver
  • Alex Vieira; driver
  • Richard Hubin; driver
  • Gary Green; driver
  • Degens; driver
  • Christian Maingret; driver
  • R. Burnett; driver
  • J.M. Mattioli; driver
  • J.L. Guignabodet; driver
  • Fred Merkel; driver
  • M. Duhamel; driver (CND)
  • S. Mertens; driver (B)

Gerelateerd


CB750 SOHC Home page
Dholda endurance racing
My Honda CB750 'K0'
Bikers Classic 2018    2017    2016    2015    2014    2013
Francorchamps
Circuits

Zie ook 

1000 VX club (F)

TOP

Select a language

Dutch Deutsch English Francais Polisch Espangnol

Zoek op deze site



info@earlysuperbike.com

Nieuw(s)

Moto Guzzi 1100 Sport   CB750   Board-tracker   TX750

My Garage

Honda CB750 SOHC
Yamaha TX750
Triumph T150
MV Agusta 125 S
Moto Guzzi V7 Sport
Moto Guzzi Le Mans
Moto Guzzi Le Mans III
Moto Guzzi V65 Lario
Moto Guzzi 1100 Sport
Suzuki GSX-R 600 W
Kawasaki ZXR750R
Kawasaki ZRX1100
Kawasaki KLR650 Tengai
Board-tracker

Volg ons

Onze favorieten 

Leno's garage
Petrolicious
SideBurn

TOP
Skip Navigation Links  > Japauto.aspx Latest update: 6-12-2019 0:39:19
Copyright © 2018-2019 Early Superbike. Alle rechten voorbehouden